Olivier Zara

Olivier Zara

La performance des entreprises dans une société industrielle et commerciale est de savoir produire, de savoir vendre mieux et plus vite que ses concurrents. Aujourd’hui, la plupart des entreprises savent produire et vendre. C’est la raison de leur existence. Si elles n’avaient pas cette capacité, elles auraient déjà disparu. Mais au fil du temps, leur niveau de performance devient de plus en plus homogène. Croître, prendre des parts de marché se fait alors plus facilement en absorbant ses concurrents.

La performance des entreprises dans une société de l’information est de savoir mobiliser l’intelligence collective et les connaissances de ses parties prenantes (salariés, fournisseurs, clients,…). S’il faut, et s’il faudra toujours, savoir produire et vendre, ce n’est plus aujourd’hui un facteur suffisamment différenciateur dans la compétition internationale. Hier, l’entreprise était industrielle et commerciale. Demain il faudra qu’elle soit de plus en plus une entreprise intelligente.

L’entreprise intelligente repose principalement sur l’intelligence collective (IC) et le Knowledge Management (KM) qui ne peuvent exister et fonctionner efficacement sans les technologies de l’information. Ces outils font partie des technologies de l’intelligence augmentée (Amplified Intelligence) dont l’objet est d’étendre les capacités intellectuelles humaines, en particulier les capacités cognitives des groupes. Ces technologies ont beaucoup évolué ces dernières années en passant de l’information à la communication, puis aujourd’hui à la collaboration.

Les technologies de l’information et de la communication ont permis de rendre accessible l’information, de stocker et de partager. Les technologies de l’information et de la collaboration (intranet collaboratif) vont beaucoup plus loin. Elles augmentent la performance des interactions humaines et donnent à l’information une valeur opérationnelle.


A la résistance classique au changement s’ajoutent des raisons culturelles« 


Les technologies de l’intelligence augmentée permettent aujourd’hui de matérialiser les concepts de l’intelligence collective. Malgré tout, certains croient pouvoir développer leur intelligence collective en minimisant l’importance des logiciels, voire en les rejetant. A la résistance classique au changement s’ajoutent des raisons culturelles (goût du contact humain, communication verbale dominante…) qui sont en particulier représentatives de la culture latine. Du fait de cette culture, valorisée et sacralisée comme un patrimoine de grande valeur, beaucoup d’entreprises prendront dans les dix prochaines années un retard considérable par rapport à la culture anglo-saxonne plus ouverte et plus sensible à ces technologies.

L’intelligence collective dans les entreprises

Dans la plupart des entreprises, l’intelligence collective se matérialise au quotidien par des coopérations intellectuelles que l’on observe en particulier dans les temps de réflexion collective. Elle est souvent faible pour des raisons de cultures, d’habitudes managériales et de technologies déficientes.

Dans une entreprise intelligente, il est important de distinguer réflexion collective et communication collective :
La communication permet d’échanger des informations sans qu’il y ait forcément des coopérations intellectuelles.
La réflexion implique des coopérations intellectuelles qui permettent de créer l’information, de lui donner du sens et d’interagir sur l’information existante pour la transformer en une nouvelle information.
Cette distinction est importante : on pense souvent coopérer alors qu’on ne fait que communiquer. Emettre ou recevoir une information est une activité courante. Par contre, co-construire une information est beaucoup plus rare et difficile.


Peu importe que la décision soit celle d’un seul ou de plusieurs« 


Il est également important de distinguer réflexion collective et décision collective. Le premier réflexe d’une personne à qui on parle d’IC est souvent : « C’est bien joli votre affaire mais il faut bien qu’un chef décide ! ». On vous expliquera ensuite que l’IC dans une entreprise, c’est très dangereux : cela conduit à créer une entreprise démocratique (une organisation dans laquelle toutes les décisions seraient prises à la majorité). La confusion est donc grande dans les esprits entre réflexion et décision et elle n’est pas fortuite.

Elle sert à effrayer ceux qui voudraient changer l’état actuel des choses. Cependant l’IC n’a rien à voir avec l’action de décider en tant que telle mais avec l’action de réfléchir, de coopérer, d’innover, de créer… L’IC contribue certes au processus d’émergence de la décision mais n’impacte pas directement la prise de décision. Peu importe que la décision soit celle d’un seul ou de plusieurs. Ce qui est important, c’est que la construction de la décision ait mobilisé l’intelligence collective et les connaissances.

Les managers sont nombreux à résister aux processus d’intelligence collective parce qu’ils pensent qu’ils vont perdre leur pouvoir. En fait, l’IC n’induit pas une redistribution du pouvoir (chacun reste à sa place, chacun conserve la même quantité de pouvoir) mais un changement dans l’exercice du pouvoir, dans les modes de management. L’IC implique donc une nouvelle gouvernance des organisations qu’on appelle le management de l’intelligence collective.


Si ce n’est pas collaboratif, il y a un risque que ça ne soit pas intelligent« 


Il n’y a pas de relation automatique entre réflexion collective et décision intelligente. Pierre Lévy (*) nous donne son avis sur ce point : « La masse n’a pas toujours raison, surtout s’il s’agit d’une masse moutonnière et conformiste qui ne remet rien en question. C’est pourquoi le projet de l’intelligence collective consiste précisément à valoriser toute la diversité des connaissances, des compétences et des idées qui se trouvent dans une collectivité et à organiser cette diversité en un dialogue créatif et productif. La culture de l’intelligence collective travaille à établir de manière douce et pacifique un « multilogue » ouvert, qui est préférable aussi bien au cloisonnement et à l’isolement des intelligences, qu’à l’uniformité bien pensante. »

Une réflexion collective peut donc aboutir à une décision stupide, de même qu’une réflexion individuelle peut aboutir à une décision géniale. Ce n’est pas parce que c’est collaboratif que ce sera intelligent. Mais si ce n’est pas collaboratif, il y a un risque que ça ne soit pas intelligent ! Mettre ensemble des personnes ne suffit pas. L’objectif du management de l’intelligence collective est d’obtenir une décision intelligente par le biais d’outils, de méthodes, de processus et de technologies. Manager l’intelligence collective consisterait, par exemple, pour un manager à définir qui cherche l’information, qui réfléchit, qui donne son avis, qui décide, qui capitalise l’information et qui agit.


Un changement par rupture

Dans une économie de la production, la création de valeur est fondée sur le territoire, le travail et le capital. Dans une économie du savoir, la création de valeur dépend principalement des idées et de l’innovation qui se trouvent dans la tête des gens. On ne peut pas leur prendre par la force. On peut seulement mobiliser l’intelligence collective et les connaissances. L’entreprise intelligente implique un changement par rupture qui provoquera naturellement beaucoup de résistances. Mais il s’agit d’une innovation sociale.

* : Pierre Lévy est titulaire d’une chaire de recherche du Canada en Intelligence Collective à l’université d’Ottawa. Il a publié une douzaine d’ouvrages dont « La machine Univers » (1987) sur les implications culturelles de l’informatisation.

Source : http://www.journaldunet.com/management/0411/041158zara.shtml

Cet article vous a plu ? Cliquez sur “J’aime” !

Cet article intéresserait-il vos amis ? Merci de le partager sur en cliquant sur l’un des onglets ci-dessous.

Vous avez des questions, des commentaires, un avis à partager ? Ce blog est là aussi pour cela ! Cliquez ci-dessous sur “Laisser un commentaire“, notez votre commentaire, et je me ferai un plaisir de vous répondre du mieux que je le peux ! :)

Autres articles de la semaine « A la découverte de l’intelligence collective » :

Les différentes formes de développement de l’intelligence collective

Comment développer l’intelligence collective ?

Pourquoi les organisations ont besoin de développer leur intelligence collective ?

Les différentes formes d’intelligence collective

L’intelligence collective, un phénomène quotidien, ni nouveau, ni restreint

L’intelligence collective pour tous, et pour toutes les organisations, à portée de main…

Qu’est-ce que l’intelligence collective…en bref ?

“Sommes-nous condamnés à l’intelligence individuelle et à l’incapacité collective ?”

Proverbe chinois

Petit exemple d’intelligence collective spontanée…histoire d’en rire

Thème de la semaine suivante : Innovation participative.

À propos de audreyjammes

Passionnée par le management de l'intelligence collective, je m'intéresse aux nouvelles façons de travailler et de vivre ensemble. Je m'initie à la communication non violente, à la psychologie positive... Je m'intéresse également aux pédagogies alternatives, à l'habitat partagé et bientôt à la permaculture... Enfin, j'aime jouer, lire, voyager et explorer...!

"

  1. Olivier Zara dit :

    Ce n’est pas mon article le plus récent… novembre 2004😉 Je pense même que c’est le premier !

    C’est l’heure du management paradoxal maintenant :
    http://www.blog.axiopole.info/2011/08/02/ere-management-paradoxal/

    au plaisir d’échanger !

    • audreyjammes dit :

      Effectivement, j’aime bien partir des bases pour permettre à tout lecteur de suivre l’évolution du management collaboratif. Merci pour le partage de votre article sur le management paradoxal.
      J’aimerais beaucoup approfondir cette notion. Il me ferait très plaisir que nous nous rencontrions pour en parler lorsque vous serez à Paris !🙂
      Bonne journée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s