Quelques types de communication aliénante

Vers une Communication Non Violente

Vers une Communication Non Violente

La CNV part du postulat que « certaines façons de communiquer nous coupent de notre bienveillance naturelle », il s’agit des types de communication aliénante :

  • Jugements moralisateurs : lorsque nous jugeons de façon polarisée entre le bien et le mal, nous catégorisons et étiquetons les personnes et leurs actes, en fonction de nos propres valeurs. Or cette « analyse d’autrui est en fait l’expression de nos propres besoins et sentiments ». Par exemple, « si mon collègue est plus attentif aux détails que moi, il est « pointilleux et maniaque » ; si c’est moi qui le suis, il devient « brouillon et inorganisé ». » De plus, « cataloguer et juger les autres favorisent la violence ».
  • Comparaisons : ce sont des formes de jugement. En se comparant par exemple à des personnes telles que Mozart, Pasteur ou quelque autre personnalité qui a « réussi », on risque de mal se juger…
  • Refus de responsabilité : des expressions telles que « il faut », « tu me » nous empêche de voir clairement notre responsabilité personnelle. or nous devenons « dangereux quand nous ne sommes pas conscients que nous sommes responsables de nos actes, de nos pensées et de nos sentiments.
  • Mérite : la notion de mérite bloque également la communication empathique en supposant qu’une personne mérite une récompense ou une punition si elle a été dans le vrai, le bien ou dans le tort, le mal.

Les 4 composantes de la CNV

Pour éviter la communication aliénante, les 4 composantes de la CNV sont alors :

  • les observations : bien séparer l’observation de l’évaluation, sinon « notre interlocuteur risque d’entendre une critique et de résister à ce que nous disons »
  • les sentiments : distinguer les sentiments des pensées. Par exemple, dans l’expression « je sens que ça ne sert à rien », il s’agit plus d’une interprétation mentale que d’un réel sentiment. Il s’agit également de distinguer ce que nous pensons être (« Je me sens vraiment nul en sport ») de ce que nous ressentons (« Je suis déçu de ma forme physique », « Je suis impatient de progresser », « Je suis mécontent de la façon dont je cours : nous trouvons ici au moins 3 sentiments différents possibles pour une même situation)
  • les besoins : identifier les besoins à l’origine des sentiments. « Les actes d’autrui peuvent être le facteur déclenchant, mais jamais la cause de nos sentiments », la cause se trouvant donc dans la satisfaction ou l’insatisfaction de nos besoins. « Si nous exprimons nos besoins, nous augmentons nos chances qu’ils soient satisfaits ». Pour cela, nous devons assumer nos besoins et les accepter car « si nous n’accordons pas de valeur à nos besoins, les autres ne leur en accorderont peut-être pas davantage »
  • les demandes : « formuler nos demandes en « langage d’action positif », c’est-à-dire exprimer ce que l’on veut et non ce que l’on ne veut pas. Par exemple, remplacer « j’aimerais que tu passes moins de temps au bureau » par une formulation du type « je voudrais que tu passes au moins une soirée par semaine à la maison avec les enfants et moi ». Il s’agit là d’un exemple d’une participante d’un séminaire de Marshall B. Rosenberg qui avait obtenu de son mari, par sa formulation négative, qu’il passe moins de temps au bureau effectivement, mais pour aller au golf… Rappelons-nous donc que rien ne va de soi, rien n’est évident pour tous. Par ailleurs, notre interlocuteur peut ne pas comprendre ce que nous voulons de lui lorsque nous exprimons uniquement nos sentiments », sans demande explicite. Or « nous ne sommes souvent pas conscients de notre demande ». A l’inverse, « les demandes qui ne sont pas accompagnées des sentiments et des besoins de celui qui parle peuvent être entendues comme des exigences. »

Cet article vous a plu ? Cliquez sur “J’aime” !

Cet article intéresserait-il vos amis ? Merci de le partager en cliquant sur l’un des onglets ci-dessous.

Vous avez des questions, des commentaires, un avis à partager ? Ce blog est là aussi pour cela ! Cliquez ci-dessous sur “Laisser un commentaire“, notez votre commentaire, et je me ferai un plaisir de vous répondre du mieux que je le peux ! :)

Autres articles de la semaine “la Communication Non Violente (CNV)” qui pourraient vous intéresser :

Qu’est-ce que la Communication Non Violente (CNV)

Assumer la responsabilité de ses sentiments

“Tu ne sais pas travailler en équipe !”

Citation du jour…pour une communication non violente

Conversations, silences et CNV

AI…la vidéo du dimanche

Thème de la semaine précédente : Future Search Conference (FSC).

Thème de la semaine suivante : Appreciative Inquiry (AI).

À propos de audreyjammes

Passionnée par le management de l'intelligence collective, je m'intéresse aux nouvelles façons de travailler et de vivre ensemble. Je m'initie à la communication non violente, à la psychologie positive... Je m'intéresse également aux pédagogies alternatives, à l'habitat partagé et bientôt à la permaculture... Enfin, j'aime jouer, lire, voyager et explorer...!

"

  1. Anne dit :

    Merci Audrey pour ces articles passionnants….
    J’ ai eu la chance de me former à la CNV et suis convaincue de son efficacité pour ameliorer la communication….avec soi même et avec les autres…
    Grace à cette facon de communiquer, je peux davantage installer la paix en moi et créer des relations constructives….les conflits internes et externes disparaissent pour laisser place à la compréhension….la compassion….
    je souhaite de tout coeur que des ateliers de pratique se développent dans les écoles,les entreprises,les foyers socio culturels….car l ‘apprentissage de ce nouveau mode relationnel est un parcours de vie….déprogrammer le disque dur et le reprogrammer….mais quel bonheur de s’alléger ainsi…de sentir les tensions se dénouer
    patience…persévérance …enthousiasme…qu’ il est bon de devenir chaque jour un peu plus conscient…ouvert à soi …et aux autres…et ainsi participer à cette Intelligence collective,porteuse d’ espoir pour la Vie sur notre belle planète…

    • audreyjammes dit :

      Merci beaucoup pour ce beau commentaire !
      J’aimerais beaucoup me former à la CNV également.
      Il me ferait plaisir de vous rencontrer si vous vous trouvez proche de Paris (je vous envoie un mail) !

      Audrey

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s