Quand avez-vous été en colère pour la dernière fois ? Vous vous en souvenez ?

Cela fait toujours du bien d'exprimer sa colère !

Cela fait toujours du bien d'exprimer sa colère !

Si vous pensez à la dernière fois que vous vous êtes mis en colère… diriez-vous que vous étiez « juste énervé », « échauffé », « violent », en effectivement « en colère » ?

Il semble que cette expression « se mettre en colère » ne soit pas utilisée à sa juste valeur. J’observe souvent des proches, et moi-même, utiliser des expressions détournées pour éviter, sûrement inconsciemment, de dire que nous étions en colère.

En même temps, la colère n’est-elle pas un péché !?!! Eh bien justement, pas pour tout le monde. Les chercheurs en psychologie et de nombreux coachs en développement personnel placent la colère parmi les émotions légitimes que l’être humain doit apprendre à exprimer et à contrôler

Est-ce positif d’exprimer sa colère ?


La colère est une émotion, voire un bouillonnement d’émotions.

Avoir peur d’exprimer sa colère peut signifier avoir peur de ne plus se contrôler lors de l’ « explosion ».

Or attendre, laisser passer du temps entre les différents événements de colère engendre l’accumulation de sentiments négatifs et le renforcement des jugements. Et ces sentiments finissent par transparaître sous forme agressive. Il s’agit alors de violence, qui peut être physique et/ou psychologique, qui crée une souffrance du même ordre chez la « victime » mais aussi sur son « agresseur« .

Il est donc important d’apprendre à exprimer sa colère et non à la retenir. Exprimer sa colère, « c’est dire « je« , c’est montrer ses émotions, sa fragilité, c’est s’exposer, c’est dépasser la honte. Si on ne s’exprime pas, de peur de risquer de perdre l’autre, on risque de se perdre soi-même. »(1)

En effet, notre colère accumulée en nous risque d’exploser au nez d’une personne qui n’est pas liée à cette colère passée mais qui représente juste la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

(1)Psychologie Positive : le bonheur dans tous ses états (sous la coordination de Ilios Kotsou et Caroline Lesire, Editions Jouvence, 2011), Chap. 3, Isabelle Filliozat.

Cet article vous a plu ? Cliquez sur “J’aime” !

Cet article intéresserait-il vos amis ? Merci de le partager en cliquant sur l’un des onglets ci-dessous.

Vous avez des questions, commentaires, avis à partager ? Ce blog est là aussi pour cela ! Cliquez ci-dessous sur “Laisser un commentaire“, notez votre commentaire, et je me ferai un plaisir de vous répondre du mieux que je le peux ! :)

Autres articles de la semaine “Psychologie positive” qui pourraient vous intéresser :

Qu’est-ce que la psychologie positive ?

Pourquoi s’émouvoir un peu plus positivement…?

Le saviez-vous ?

Etes-vous conscient de votre bonheur…?

Vous sentez-vous responsable de la personne que vous êtes ?

Prendre du recul par rapport à ses émotions…la vidéo du dimanche

Thème de la semaine précédente : Appreciative Inquiry (AI)

À propos de audreyjammes

Passionnée par le management de l'intelligence collective, je m'intéresse aux nouvelles façons de travailler et de vivre ensemble. Je m'initie à la communication non violente, à la psychologie positive... Je m'intéresse également aux pédagogies alternatives, à l'habitat partagé et bientôt à la permaculture... Enfin, j'aime jouer, lire, voyager et explorer...!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s